AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Livin’ life in the fast lane, Movin’ at the speed of life and I can’t slow down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Naya C. Santiago

⊹ PSEUDO : Luee
⊹ MESSAGES : 8
⊹ ICI DEPUIS LE : 29/08/2013
Points : 0

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Livin’ life in the fast lane, Movin’ at the speed of life and I can’t slow down   Jeu 29 Aoû - 16:29


Naya Christina Santiago
32 ans • mécanicienne, pilote, braqueuse ; • crédit gifs

NOM ET PRÉNOMS ✖ Santiago tout cours, tu peux l’appeler Naya ou Christina mais elle répondra pas ; DATE DE NAISSANCE ✖ 17 octobre 1980 ; LIEU DE NAISSANCE ✖ Rio, quartier de Jacarezinho ; ORIENTATION SEXUELLE ✖ tant qu'ça lui plait ; SITUATION PERSONNELLE ✖ prisonnière de ses sentiments, c'est certain ; GROUPE ✖ my life, my rules ; CÉLÉBRITÉ ✖ michelle rodriguez, toujours.

On peut pas parler d'liberté et d’autorité tant qu’on a pas vécu ici. Les gens dehors savent pas c’que c’est, ils peuvent pas comprendre. Ils jugent sans savoir c’qui passe vraiment dans ces lieux. Ils connaissent ni la peur, ni la misère, ni la merde pestilentielle qui empoisonne l’air à longueur de temps. Il risquent pas leur vie à chaque coin de rue, il sortent pas d'chez eux avec la peur qui vous prend jusqu’aux tripes, en se demandant si vous aurez encore la chance de rentrer ce soir. Non, ils préfèrent rester bien gentiment spectateur. Regarder d’loin les coups d’feu et les fusillades rythmer notre quotidien à nous, bien installé derrière leur écran de télévision, en nous traitant de délinquants, de bandits.
La liberté, c’est la seule chose qu’on a, alors on la protège, farouchement. A n’importe quel prix. Parce qu’elle nous fait nous sentir vivant. Parce qu’elle nous permet, l’espace d’un instant, d’oublier tout le reste. Braver les interdits, écrire ses propres règles, c’est comme ça qu’ça marche ici. Les autorités dans tout ça, elles ont pas leur mot à dire. Bien sur elles descendent quelque fois calmer le jeu, histoire de rassurer les autres. Faudrait pas que la merde s’étende aux autres quartiers. Mais elles peuvent rien faire, au fond. Et elles le savent. Ça sera toujours comme ça, ici. Mais on s’y fait. La violence, la peur, la crainte, on apprend à vivre avec, et à la dépasser. Il suffit d’montrer qui on est, d’savoir se faire respecter. Connaitre les bonnes personnes. Après, la vie ici est un peu moins dure. Perso,  j’pourrais pas  partir, et puis c'est pas comme si j'avais le choix. De l’autre côté les gens sont faux. Ici tu pourras toujours compter sur la famille. Les liens sont importants, et avec les frères, ça sera toujours à la vie, à la mort.



« Même si nous sommes mortels, nous sommes avant tout vivants. »

On choisit pas sa famille. On choisit pas d’où l’on vient. C’est comme ça. On arrive un jour débarqué de nulle part, sans nous demander notre avis, sans savoir pourquoi ici et pas là-bas, et on doit apprendre à se construire avec le monde qui nous entoure, quel qu’il soit. Certains naissent du bon côté d’la barrière, d’autres non. Jacarezinho, c’est pas forcément l’meilleur endroit à fréquenter pour une gamine. Mais j’ai pas vraiment eu le choix. Mon père est né ici. Ma mère aussi. Ils ont grandi et vécu dans ces quartiers, et n’ont jamais vraiment eu la chance de pouvoir partir. Comme eux avant moi, j’ai appris à vivre dans cette jungle régie par la loi du plus fort.

Il y a deux sortes de personnes ici. Celles qui ont peur, qui préfèrent se la fermer, baisser les yeux et se soumettre en espérant qu’on les laisse un peu en paix, et les autres. Celles qui se sont fait avaler par la folie de Rio, qui subissent les règles, les lois, et pleurent en silence, et puis celles qui ont décidé de vivre selon leurs propres règles, de mener le jeu comme elles l’entendent. J’ai décidé de faire partie de cette deuxième catégorie. Ma vie m’appartient, et personne ne pourra me dire comment j’dois la mener.

* * *

- Alors Santiago, prête à mordre la poussière ?!
- Relax Ramirez, t’as pas encore gagné. Faudrait pas qu’ça soit moi qui t’écrases !

C’est le moment que j’préfère. Ces quelques secondes, qui peuvent paraitre des heures. Ces quelques secondes, où le sang cogne contre ma tempe aussi fort que le marteau sur l’enclume. Ces quelques secondes où j’sens l’adrénalime monter. Interminables. Tic tac. Tic tac. Tic… Mes mains se crispent sur le volant de ma RX-7, la foule s’écarte, et l’avenue s’offrent à nous. Dans le silence de la nuit, je le fixe un instant. Lui aussi, attend. Tout comme moi, tout comme ceux qui pratiquent le rodéo nocturne, il n’attend qu’une chose. Que ce putin d’drapeau se baisse. Que ça parte, et que l’espace de ces quelques secondes où plus rien n’compte si c’n’est la vitesse, on puisse se sentir libre. Ivre, et totalement libre. En un mot, vivant.

* * *

Au fond, j’ai pas vraiment eu le choix. La vie est précieuse, et surtout fragile. Je l’ai compris très tôt. En l’espace de quelques secondes, tout peu basculer. Vous pouvez tout perdre. Quand vous avez à faire face à ce genre d’évènement, tout va très vite. Vous pouvez pas réfléchir. Ça se passe, et vous prenez les décisions qui vous semblent être les meilleures. Un peu comme la réaction que vous avez quand vous recevez un coup en pleine face. Vous tendez pas l’autre joue, vous ripostez. A moins d’être une vraie fiotte…

A neuf ans, j’ai connu ma première vraie fusillade. J’veux dire, celle où j’étais vraiment dans le feu d’l’action, et où ma famille était impliquée.

- Luis, Luis ! Qu’est-ce qui s’passe ?
- Chuut Naya… S’il te plait sort par la porte de derrière et va m’attendre chez Sergio…

J’étais petite, mais pas stupide. Ce jour là, quand ces gros durs ont frappé à la porte, j’ai compris qu’il allait se passer quelque chose de grave. Luis, mon Luis… Il avait dû faire une bêtise. Maman lui avait pourtant dit, de faire attention où il mettait ses fesses. Mais Luis, il aimait pas écouter. Il en faisait toujours qu’à sa tête. Je l’aimais mon Luis, mon grand frère. Mon modèle.

Ce jour là, je lui ai désobéis pour la première fois. Au lieu de fuir, parce que Luis m’avait toujours dis que fuir c’était pour les lâches, les faibles, je me suis cachée, et j’ai assisté à toute la scène. Papa et maman étaient là aussi, mais ils ont pas eu la chance de pouvoir se cacher. Maman pleurait, elle avait peur, tandis que Luis essayait de calmer le jeu avec les deux brutes.

Ensuite… Ensuite j’ai fermé les yeux, et j’ai juste entendu les coups de feu. Le bruit sourd d’un corps sans vie qui s’écroule au sol. Le son des pas qui s’éloignent et s’en vont, comme si de rien n’était. La panique, aux alentours, chez les voisins. Mais personne qui ne dit rien, sous peine d’y passer aussi…

Je suis sortie quelques instants après, et je les ai découverts, baignant dans leur propre sang. Tous les trois. Ils ne bougeaient plus. Ils ne seraient plus là pour moi. Désormais, j’étais seule.

C’est Sergio qui a pris la relève. Il était un peu comme mon oncle, même si on avait aucun lien de parenté. Après ça, il m’a pris sous son aile. Sergio était mécanicien, et il avait un fils plus âgé que moi, Ramirez. Damian Ramirez. Un petit caïd qui se la pétait à conduire des voitures trafiquées pour des courses. C’est comme ça que j’suis rentrée dans le milieu. Sergio m’apprenait c’qui s’passait sous le capot, et Ramirez c’qui s’passait derrière le volant. J’suis devenue douée, très douée même. Mais j’en voulais toujours plus. Toujours plus de vitesse, toujours plus de victoires, toujours plus de pilotes qui se disaient imbattables, juste pour le plaisir de leur prouver le contraire.

* * *

- Alors c’est qui la vedette du jour ?
- Il s’appelle Fabio, mais je serai toi je resterai sur mes gardes, ce type est complètement taré…
- Depuis quand tu t’soucis d’moi Ramirez ? T’en fais pas, il sera calmé quand j’lui aurai montré qui commande sur l’bitume.

Mon sourire et ma fierté s’envolèrent aussitôt que j’le vis. Lui… Son visage arrogant faisant face au mien était comme une grosse claque reçue en pleine face. Mon sang ne fit qu’un tour dans mes veines et les images du corps de Luis resurgirent brusquement. Je serrai les mâchoires, et montait dans la voiture en jetant un dernier regard à Damian.

- Il va y avoir du sang Ramirez. Prépare les pansements, ce soir ça va être violent.

* * *

J’ai perdu. D’un dixième de seconde, mais j’ai perdu quand même, et je ruminais pendant que l’autre salopard paradait devant sa clique de gazelles. Ç’en était trop. J’allais régler son compte à cette ordure, quand j’sentis un bras me retenir.

- Lâche moi, Ramirez, j’te jure que j’vais m’occuper d’lui et quand ça sera fait il…
- Hors de question, tu t’approches pas d’lui Santiago !
- Non mais pour qui tu t’prends Ramirez, mon père ?!
- Arrête ça de suite Naya Christina ! Tu sais pas à qui t’as à faire !!
- Ne m’appelle plus jamais…

Je n’eus pas le temps de finir. En une fraction de seconde je sentis Damian me plaquer violement contre la bagnole et me faire taire en plaquant brusquement ses lèvres contre les miennes.

Décharge électrique et sensation bizarre. J’avais longtemps espéré ce moment et même temps je le redoutais plus que tout. Je voulais pas faire comme toutes ces autres nanas, vous savez. Tomber amoureuse, devenir mièvre. M’attacher. Me faire larguer. Et ce pauv’ type avait débarqué. Longtemps j’m’étais interdit d’éprouver quoi que ce soit pour lui, mais voilà qu’il foutait en l’air tous les barrages que j’avais essayé de mettre entre nous.

- Damian, bordel…
- J’tiens à toi Santiago, et je sais exactement c’que tu t’apprêtes à faire. Et crois-moi, c’est une belle connerie. J’ai pas envie de te retrouver dans le même état que celui où t’as trouvé ton frère. J’ai pas envie d’te perdre.
- Ta gueule Ramirez, tu sais plus c’que tu dis.

* * *

Après ça, tout s’est enchainé très vite. J’ai fais la promesse d’ne plus jamais laisser tomber face à des pourritures tel que Fabio. Personne ne me dirait c’que jdois faire ou pas. Dam m’a introduit dans sa double vie. Il m’a présenté les mecs de son gang, ils sont devenus mes frères. Avec eux j’ai tout appris. J’ai appris à me battre, à me défendre. A me servir d’un couteau aussi bien que d’une arme à feu. Participer aux traffics, très lucratifs. A ne pas me soumettre, et à montrer aux autres que personne ne me contrôle ou contrôle ma vie. J'ai aussi compris qu’à trop jouer avec le feu, ma vie ne tenait plus qu’à un fil. Mais ça me convient. Parce que c’est comme ça que ça fonctionne, ici. Dans la folie de Rio.  



PSEUDO ✖ luée ; AGE ✖ 20 ; OU AS TU CONNU LE FORUM ? ✖ anciennement sur LC ; UNE REMARQUE ? ✖ nop ; CONNEXION ✖ 5/7
Revenir en haut Aller en bas
avatar
William A. Gates

⊹ JOB/ETUDES : Il bosse comme barman et il est propriétaire d'un entrepôt qui lui sert plus à lui qu'autre chose.

⊹ PSEUDO : Dieu
⊹ CELEBRITE : Robert Sheehan
⊹ MESSAGES : 100
⊹ ICI DEPUIS LE : 22/08/2013
Points : 88

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Livin’ life in the fast lane, Movin’ at the speed of life and I can’t slow down   Jeu 29 Aoû - 21:18

Bienvenue ou rebienvenue en quelque sorte x)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Olympia Costello

⊹ JOB/ETUDES : Officiellement serveuse & stripper.

⊹ PSEUDO : Junkiie
⊹ AGE : 31
⊹ CELEBRITE : Megan Fox
⊹ MESSAGES : 293
⊹ ICI DEPUIS LE : 06/08/2013
Points : 119

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Livin’ life in the fast lane, Movin’ at the speed of life and I can’t slow down   Jeu 29 Aoû - 21:22

Tu as remis tout pareil ma belle ?

rebienvenue sinon ♥ J'ai renvoyé un mail pensant que vous l'aviez pas recu xD

_________________
   
How much you want me ?
follow me and I tell you everything
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Olympia Costello

⊹ JOB/ETUDES : Officiellement serveuse & stripper.

⊹ PSEUDO : Junkiie
⊹ AGE : 31
⊹ CELEBRITE : Megan Fox
⊹ MESSAGES : 293
⊹ ICI DEPUIS LE : 06/08/2013
Points : 119

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Livin’ life in the fast lane, Movin’ at the speed of life and I can’t slow down   Jeu 29 Aoû - 21:24

Jsuis bigleuse pas vu mdr



Bienvenue sur SUAD
validation • validation • validation


Voilà, tu as fait le plus dur pour pouvoir rp sur notre fabuleux forum -et on est modeste si si !-. Tu es donc validé avec plaisir, cependant n'oublie pas de faire certaines petites choses qui te prendrons quelques minutes histoire de bien commencer ton intégration. Déjà, pour être pleinement validé, rempli ton profil entièrement et recense toi, ensuite tu peux faire une demande de logement et n’hésite pas à te créer un téléphone. Par ailleurs, tu auras besoin d'amis/ennemis/amants, ce que tu veux, donc n'hésite pas à faire un tour du côté des fiches de liens (et t'en créer une surtout) et si ce n'est pas suffisant pour toi, tu peux toujours te créer un scénario, voir plusieurs. Et bien sur pour que notre petit forum grandisse n'hésite pas à faire de la pub pour nous ♥. Pour finir, notre boite mp est ouverte, donc n'hésite pas à nous contacter en cas de problème. Bon jeu parmi nous !



_________________
   
How much you want me ?
follow me and I tell you everything
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lennon Meadow-Johns

⊹ JOB/ETUDES : mécanicienne, indic plus ou moins honnête pour la police

⊹ PSEUDO : sevenways
⊹ AGE : 25
⊹ CELEBRITE : amber heard
⊹ MESSAGES : 192
⊹ ICI DEPUIS LE : 18/08/2013
Points : 214

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Livin’ life in the fast lane, Movin’ at the speed of life and I can’t slow down   Jeu 29 Aoû - 21:52

Rodriguez  
Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Naya C. Santiago

⊹ PSEUDO : Luee
⊹ MESSAGES : 8
⊹ ICI DEPUIS LE : 29/08/2013
Points : 0

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Livin’ life in the fast lane, Movin’ at the speed of life and I can’t slow down   Ven 30 Aoû - 8:10

oui j'ai remis tout pareil pas envie de créer un nouveau perso alors que j'ai pas encore bien exploité celui-ci ><

merci tout le monde ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Olympia Costello

⊹ JOB/ETUDES : Officiellement serveuse & stripper.

⊹ PSEUDO : Junkiie
⊹ AGE : 31
⊹ CELEBRITE : Megan Fox
⊹ MESSAGES : 293
⊹ ICI DEPUIS LE : 06/08/2013
Points : 119

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Livin’ life in the fast lane, Movin’ at the speed of life and I can’t slow down   Ven 30 Aoû - 13:08

C'était juste pour savoir si c'était fini mdr

_________________
   
How much you want me ?
follow me and I tell you everything
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sev Alenko

⊹ JOB/ETUDES : Photographe le jour / Barman la nuit

⊹ PSEUDO : Nono
⊹ CELEBRITE : Cam Gigandet
⊹ MESSAGES : 94
⊹ ICI DEPUIS LE : 25/08/2013
Points : 75

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Livin’ life in the fast lane, Movin’ at the speed of life and I can’t slow down   Ven 30 Aoû - 13:18

Bienvenue sur le forum :D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Livin’ life in the fast lane, Movin’ at the speed of life and I can’t slow down   

Revenir en haut Aller en bas
 

Livin’ life in the fast lane, Movin’ at the speed of life and I can’t slow down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Zoom Fast Black Lash
» Fast Aluminium RHIB
» ÉCLOSION DE FLEURS..LIFE OF FLOWERS SUBLÎME
» Convention Swiss Life
» What a Beautiful Life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊹ Shut up & drive :: Tell us your story :: Who you are ? :: Prez' validées-